Biographie

En bref: Moi, c'est Kemi OUTKMA, mes  intitales: K.O. Je suis né en 1977. Je considère le verbe comme une arme et l'écriture comme une discipline martiale que je m'impose au quotidien. Que ce soit en tant que poéte, chansonnier, romancier, nouvelliste ou feuilletoniste, je me sers de la somme de mes expériences éclectiques et interlopes et des rencontres que  j'ai faites pour livrer une littérature sombre par son souci de réalisme, servie par un style acide et contemporain et peuplée de marginaux, de losers, de torturés, de déglingués, comme autant de reflets des maux de notre société.

 

 

En détails:

 

1977 : Les Sex Pistols sortent leur unique album studio Nevermind the bollocks ! (« On s'en bat les c....... ! » et moi je vois le jour en criant, comme tout le monde, mais peut-être, déjà, un peu fort.

 

1989 : C'est la chute du mur de Berlin, la première guerre en Irak... c'est aussi l'adieu des Bérurier noir à leur public et la mort de mon grand-père. C'est cette année là, je crois, que je prends la décision de ne jamais intégrer le monde des adultes, conscient d'être obligé de mourir, je refuse de vieillir et me lance dans mes premieres poésies et chansons « engagées ».

 

1993 : Sûrement l'une des années les plus riches musicalement à mon avis, avec trois déferlantes bien distinctes : alors que Blur, Radiohead, Oasis etc … redonnent leurs lettres de noblesse au pop-rock, 2Pac, Dr Dre ou Cypress Hill nous font découvrir le Hip-hop et loin des ondes les ambassadeurs de la tekno dont La Spiral Tribe débarquent d'outre-Manche pour nous faire pulser. Moi j'ai enfin 16 ans, je ne suis donc plus obligé d'être scolarisé. Je claque alors la porte du lycée à la stupéfaction de mes profs qui me promettaient un bel avenir et m'avaient incité à prendre toutes les options linguistiques que me le permettait mon emploi du temps (anglais, espagnol, latin, allemand) afin de m'y préparer. J'écris toujours des poésies et des chansons et collabore à plusieurs reprises avec des musiciens dans divers projets qui avortent finalement tous. A l'époque j'excelle dans la capacité à tout commencer sans jamais rien finir.

 

1994-2001 : Les principales déferlantes musicales pré-citées continuent de s'installer, je ne sais pas vraiment ce qu'il se passe d'autre à vrai dire. Je passe ses années à multiplier les différents boulots tout en écumant les salles de concert et les free-parties en quête de l'évasion ultime. Je vis un peu partout en France durant cette période, de la campagne profonde aux tours des cités, j'explore et sillone ce pays et ce peuple qui m'entoure tout en me cherchant moi-même. Je collabore à la rédaction de pamphlets et de tracts avec quelques groupuscules d'extrême gauche qui m'apparaissent bientôt plus convaincus que convaincants aussi je me résigne à ne plus écrire que dans mon journal.

 

2001- La loi Mariani met à mort le mouvement Tekno, d'une façon générale tout s'aseptise et se lisse, le XXème siècle et ses excès, c'est fini ! Moi je vends tout ce que je suis parvenu à posséder depuis que je travaille et m'en vais m'installer au Maroc. C'est de là-bas que j'assisterai à l'avénement du XXIème siècle au mois de septembre. Là-bas, je me lance dans plusieurs activités mais je perds le peu que j'ai. Je me consacre alors à la survie la plus absolue et aux enseignements que je m'efforce d'en tirer en les relatant dans mon journal. Le dénuement me permet bientôt de remplacer la consommation de psychotropes par une réelle quête spirituelle dans ma recherche de transcendance.

 

2002- Je suis contraint de rentrer en France, une France que je trouve métamorphosée. J'ai 56€ et un sac de fringues. Des amis étudiants m'hébergent sur Albi le temps que je recommence tout à zéro. Je me trouve un job et un studio et me mets de nouveau à fréquenter les milieux interlopes. Je reprends mes mauvaises habitudes et n'écris que très peu.

 

2004- J'envoie balader tous mes contacts et décide de mettre de l'ordre dans ma vie. Commence une lente désocialisation qui a le mérite de m'offrir beaucoup de temps pour écrire, car oui, quand on arrête de perdre son temps, on est enfin libre de l'utiliser.

 

2005- Je rencontre celle qui illumine mes jours et saura me forcer à accoucher de moi-même. Je renais lentement à la vie et aux autres tandis que je rédige mon premier recueil de poésie. (que je n'ai à ce jour, proposer à personne pour publication) Paix d'esprit et des espoirs.

 

2007- C'est le burn-out, même si le terme est inconnu à l'époque, puis c'est la thérapie, la médication, l'agoraphobie... c'est la patience et le soutien de celle qui m'aime. C'est le début de la rédaction de mon premier roman.

 

2009- Je commence ma courte carrière dans l'éducation nationale en tant que pion et je deviens papa. Ma femme et moi accouchons à quelques semaines d'intervalle, elle de notre premier enfant et moi de mon premier roman : Cycle(s)

 

2011- Je suis père pour la seconde fois et grâce à mon amie Marianne Camara je rencontre François Mocaër avec qui je signe mon premier contrat d'édition.

 

2012- Cycle(s) est publié aux éditions UNICITE.

 

2014- Cycle(s) change de nom et de format. Il est publié en numérique par les éditions Numeriklivres sous le titre Demain je ne pointe pas quelques semaines avant Junkz un recueil de nouvelles que publient les éditions Forgeurs d'étoile au format papier . Puis je participe au recueil collectif et rock n'roll Pentatracks pour les éditions La Bourdonnaye en compagnie de Chris Simon, Marie Fontaine, Antonia Medeiros, Thierry Berlanda et Claude Faber. Cette année-là, je vois aussi plusieurs de mes textes publiés dans la revue d'expression littéraire Le cafard hérétique. Je débute également une collaboration avec un guitariste et compositeur qui se nomme Page 404 projet musicalchimique. Cette collaboration donnera vie à trois morceaux.

 

2015- La première saison de mon feuilleton La Ménagerie est publiée chez La Bourdonnaye. Mon foyer est contraint de quitter le Tarn pour le Gers. Je finis le manuscrit d'un nouveau roman et tout en repartant socialement, une fois encore, à zéro … bref, l'aventure continue ! C'est d'ailleurs à ce moment là que je rencontre puis intègre l'Académie médiévale et populaire de Termes d'Armagnac, et plus particulièrement sa section théâtre. Ah oui, en, 2015, j'ai fait ce site aussi !

 

2016- Je me lance dans l'auto-édition, je fonde mon label: Ground ZERO éditions et je commence par publier Junkz en numérique le 20 Avril. Je participe au spectacle théâtral estival de l'Académie médiévale et populaire de Termes d'Armagnac: "Bonjour Pépin, adieu Berthe!" Pièce que nous jouons lors de onze représentations consécutives en Juillet. Puis à la pièce d'hiver "Un puits dans le Pacherenc" que nous jouons les 30 et 31 décembre toujours avec l'Académie.

2017- "Un puits dans le Pacherenc" part en tournée, 7 dates de janvier à Avril. Puis c'est "La complainte des fous" que nous jouons pour les journées du patrimoine. Je participe en suivant, au nouveau spectacle d'été: "Petits meurtres en couleurs" dont nous donnons douze représentations en Juillet. Je m'essaie également au rôle de Fol du Roy pour la durée du festival médiéval de Termes et me découvre presque une seconde peau plus qu'un rôle dans ce personnage décalé, irrévérencieux mais drôle et spirituel... aussi irritant qu'émouvant... Côté écriture, mon roman "Des pions et des fous" est fini, mais je penche de plus en plus vers l'autoédition et les spectacles/rencontres avec vente de mes bouquins en direct. L'Académie me fait d'ailleurs l'honneur de soutenir ce projet en accueillant le 9 décembre la première représentation de mon premier spectacle solo, une histoire sous forme de textes de chansons théâtralisés ayant pour titre "Il était un fou."

2018- L'occasion m'est offerte de donner une représentation de "Il était un fou" en mai à Avéron-Bergelle puis deux en juillet au théâtre PIXEL dans le XVIII ème à Paris. Je consacre le début d'année à travailler mon expression corporelle et à développer mon jeu gestuel pour ma nouvelle participation au spectacle théâtral estival de la Tour de Termes d'Armagnac. Dans cette pièce "La Tour des miracles" librement adaptée du texte de Gérard-Hubert RICHOU, j'incarne tout d'abord un bègue boiteux et farci de tiques nerveux faciaux et musculaires pour ensuite expérimenter le jeu de comedia del' arte à travers le rôle de Arlequin. Le masque me donne à cette occasion le sentiment d'être encore davantage dépossédé de mon corps que tous mes autres rôles auparavant... une bouffée de liberté exaltante et euphorisante.

En Août je reprends mon rôle et mon costume de Fol du Roy pour le festival médiéval de la Tour de Termes d'Armagnac. Rôle que je projète de développer, je lui trouve un nom Kaspiche le Bouffon puis je le réinvestis à nouveau en septembre pour les médiévales d'Aurignac.

Puis en novembre retour sur scène pour deux représentations de "La complainte des fous " au casino de Barbotan les Thermes avec la troupe de l'Académie.

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now